Quelques r

Une question simple? Un probleme? C'est ici !
Répondre
smartalouis
note: 0/10
Messages : 26
Inscription : sam. 15 sept. 2007 05:31

Quelques r

Message par smartalouis » dim. 14 oct. 2007 07:15

Je copie un article particulièrement intéressant trouvé sur: http://forum.fondation-nicolas-hulot.or ... php?id=859 et posté par Nikolian. A la suite, j'ai mis la réponse de Kevin(même forum, même sujet)

C'est une synthèse d'un article posté sur un autre forum par RaisonOuPassion qui est plus complet; je vous invite à lire les 2: http://forum.pacte-ecologique-2007.org/ ... ?pid=11231


Vous voulez rouler au E85 mais votre voiture n'est pas FlexFluel
Est-ce Possible ?


E85
L’E85 est un mélange éthanol essence contenant 85% d’éthanol pour 15% d’essence. Des carburants similaires sont largement utilisé en Suède, au Brésil et devient de plus en plus courant aux USA.
En France, il est disponible depuis janvier 2007, 8 stations en janvier, 90 à ce Jour, 500 annoncées début 2008.
Voici la liste des stations E85.
http://www.korridor.se/aryan/acadiane/E … country=fr

SPECIFICITES DES VEHICULES FLEX-FUEL (Flex-Fuel Vehicule = FFV)


Les équipements qui différencient les véhicules flex-fuel des véhicules essence standards sont les suivants :

- Pas de magnésium, d’aluminium, de liège ou de caoutchouc dans le circuit carburant.
- Pompe à essence adaptée à un carburant conducteur d’électricité.
- Eléments moteur spécialement traités contre l’usure.
- Injecteurs plus gros (pour injecter 30% de carburant en plus).
- Canalisations en inox ou en plastique adapté.
- Réservoir acier inox ou plastique adapté.
- Parfois, utilisation d’huile anti-acide.
- Pompes à essence immergées anti-déflagrante.
- Parfois, conduit de remplissage du réservoir équipé d’un anti-retour de flamme.

Le premier FFV a été un modèle de la Ford T créé pour que les paysans du Midwest puissent fabriquer leur carburant ! Le carburateur était étudié pour que le conducteur puisse changer la richesse très facilement depuis le poste de conduite suivant le carburant utilisé.

Les FFV actuels ont bien entendu des systèmes d’injection capables de s’adapter au carburant automatiquement.
GM a développé un moteur flex-fuel turbo (BioPower) qui est très intéressant : la régulation du turbo s’adapte au carburant pour profiter du meilleur indice d’octane de l’E85. Les performances sont donc meilleures quand la voiture tourne à l’E85.

UTILISATION DE L’E85 DANS UN MOTEUR STANDARD

Le principal avantage de rouler à l’E85 est que c’est une énergie renouvelable qui, de surcroît réduit notre dépendance énergétique envers les pays étrangers.

L’E85 a un indice d’octane de 105, ce qui est plus haut que celui de 85 à 98 que l’on trouve couramment. Par contre, sa combustion est moins efficace et il y a 28% de moins d’énergie dans un litre d’E85 que dans un litre d’essence. Malgré tout, il a été constaté que la consommation n’augmente que de 25% en roulant à l’E85.

Les voitures modernes à injection électronique et sonde lambda peuvent ajuster sans problème le mélange air/carburant en cas d’utilisation modérée d’E85 dans le réservoir, avec cependant quelques effets sur les performances mais sans provoquer de panne ou de dégradation.
Pour un mélange de plus de 50% d’éthanol, le voyant « check engine » (check engine light = CEL) va probablement s’allumer ce qui signifie que le calculateur (electronic control unit = ECU) n’a plus les moyens enrichir suffisamment le mélange. Ajouter encore de l’éthanol dans le réservoir n’apporterait rien sinon une surconsommation constante et une détérioration rapide du catalyseur. Il est donc possible de rouler à l’E85 dans ces véhicules mais il ne faut pas dépasser la limite à laquelle le CEL s’allume, c'est-à-dire tant que l’ECU est en mesure de garantir le mélange stoechiométrique.
Cela-dit, même quand le CEL ne s’allume pas, la combustion de l’éthanol dégage moins de chaleur et le catalyseur mettra plus de temps pour arriver aux 300°C qui lui sont nécessaires pour fonctionner normalement. Les véhicules essence qui roulent avec de l’E85 restent en dehors des normes de pollution dans la phase de chauffe. Une fois le catalyseur chaud et tant que l’éthanol n’est pas en trop grande proportion dans le carburant (c-à-d tant que le voyant CEL reste éteint) le véhicule est conforme aux normes.
L’E85 donne de bons résultats dans les moteurs turbo grâce à leur haut indice d’octane : le rendement devient meilleur car l’ECU peut calculer une meilleure courbe d’avance et surtout, il n’est pas nécessaire d’enrichir autant le mélange air/carburant qu’avec de l’essence. Il en résulte une surconsommation moindre qu’avec un moteur atmosphérique.

LES RISQUES OFFICIELS

L’E85 peut provoquer une corrosion des pièces métal et endommager les joints dans des vieux moteurs (notamment avant 1988). Le groupe hydroxyle de la molécule d’éthanol est particulièrement acide et peut attaquer certaines matières naturelles. Pour les véhicules d’après 1988, les composants sont étudiés pour résister à 10% d’éthanol dans l’essence (vendu sous l’appellation E10 aux USA) et on ne trouve plus de magnésium, d’aluminium, de caoutchouc et de liège en contact direct avec le carburant. Suivant les marques de véhicules, depuis 1988, il y plus ou moins la possibilité d’augmenter le pourcentage d’éthanol dans l’essence et en général jusqu’à 20% d’éthanol ne pose pas de problèmes.
En plus de la corrosion, il peut y avoir un risque d’usure prononcée en utilisant plus de 10% d’éthanol dans un véhicule standard et dans le cas de la présence d’eau dans le réservoir. En effet, pour une proportion de 1% d’eau dans de l’E85, il y a un risque que l’essence et l’éthanol (dilué d’eau) se séparent. De plus, la combustion d’éthanol+eau et essence (surtout lorsque le moteur est froid) produit une grosse quantité d’acide formique (HCOOH ou CH2O2), également appelé acide méthanoïque) et, en quantité moins importante, de l’acétaldéhyde (CH3CHO) et de l’acide acétique (C2H4O2). L’acide formique provoquerait une rapide usure du moteur.
Les moteurs étudiés pour l’E85 ont des éléments mécaniques nitrurés pour résister à l’acide formique. L’huile utilisée par le groupe Chrysler dans ces moteurs contient également un neutraliseur d’acide.
En cas d’utilisation d’E85 contaminée d’eau dans un véhicule non adapté à l’E85, la première chose à faire est de vidanger le réservoir, purger les canalisation et changer l’huile moteur.
Plus de 1% d’eau dans le réservoir reste tout de même un évènement rare, le risque est assez minime, sauf dans le cas où l’E85 est fabriqué par l’usagé. La distillation de l’alcool ne peut donner un qu’une pureté de 95.6% (le mélange alcool eau est dit azéotrope dans ces proportion c'est-à-dire qu’une distillation supplémentaire ne pourrait pas donner un alcool plus pur) et cela n’est pas assez pour garantir la dilution dans l’essence ou pour empêcher la formation d’acide formique lors de la combustion. Il existe des procédés plus ou moins consommateurs d’énergie (donc plus ou moins rentable au final) ou complexe pour purifier l’éthanol mais ils restent réservés aux industriels.
Autre risque de rouler à l'E85 dans un véhicule non prévu à cet effet : le mélange air/carburant trop pauvre. Pour les moteurs à carburateur ou à injection mécanique, sans faire de modification, le mélange sera si pauvre qu’il n’y aura pas de risque de surchauffe, l’air arrivé en surplus abaisse énormément la température de combustion et refroidit les gaz d’échappement. Seul le catalyseur ne pourra monter en température et pourrait être endommagé par le surplus d’oxygène. Mais de toute façon, le moteur ne tournerait pas bien.
Par contre, il existe des conditions de mélange légèrement pauvre où le mélange air/carburant se situe entre le mélange stoechiométrique et celui qui donne la puissance maxi d'un moteur. Cette puissance n'est pas exploitable à l'essence car la surchauffe qu'elle génère provoque des détonations. Mais mélanger de l'éthanol à l'essence dans certaines proportions peut amener un moteur à carburateur ou à injection mécanique à tourner dans ces conditions pauvres et comme les risques de détonation sont réduits avec l'éthanol (indice d'octane plus haut) et il devient possible de rouler longtemps à de très hautes températures sans s'en rendre compte ce qui pourrait détruire les pistons, fondre les bougies et les soupapes. Sans moyen de contrôler la richesse du mélange, la température des gaz d’échappement, la température au niveau des culasses, la pression dans les chambres de combustion et la quantité d’oxygène dans l’échappement, il est difficile de savoir si le moteur tourne dans des conditions acceptables ou s’il est dans une « zone rouge ». Les injections électroniques éliminent pas mal ce risque car le voyant « check engine » (CEL) préviendra d’un fonctionnement anormal et il suffira de rajouter quelques litres d’essence dans le réservoir pour corriger le problème.

CONVERSION D'UN VEHICULE ESSENCE EN FLEX-FUEL

A ce jour, l’installation d’un kit FlexFluel en France est légal, et ne nécessite pas de nouvelle homologation. Ce kit opère sur l’injection en proposant un mode d’injection pour l’essence et un pour l’éthanol avec une augmentation des temps d’ouverture des injecteurs pour enrichir le mélange lorsque le mode éthanol est activé.
Mais ce kit n’est pas absolument nécessaire. Ce qu’il faut avant tout, c’est vérifier que votre véhicule dispose d’une injection Electronique et vérifier quelle est à la norme E10. Pour la compatibilité avec l’E85, les pompes et les injecteurs devraient supporter l’éthanol puisque les constructeurs montent des éléments compatibles depuis les années 80. Au début de l’utilisation de l’E85 dans un véhicule, il est possible que l’alcool décolle tous les dépôts qui se sont fait dans le circuit par l’essence ou dans le réservoir. Il sera nécessaire de vérifier et changer le filtre à essence au bout de 1000km.

AVANTAGES ENVIRONNEMENTAUX

L'éthanol est un carburant renouvelable parce qu'il est produit à partir de végétaux. De plus, sa combustion est plus propre et plus complète que celle de l'essence ou du carburant diesel. Selon certaines études, il produit moins d'émissions de monoxyde de carbone au cours d'un cycle de vie complet.
L'éthanol contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre parce que les céréales et les autres ressources de la biomasse utilisées pour le produire absorbent du dioxyde de carbone au cours de leur croissance. Même si la conversion de la biomasse en éthanol et la combustion de l'éthanol produisent des émissions, son utilisation produit moins d'émissions de gaz à effet de serre que les carburants fossiles tels que l'essence. Cette différence est attribuable aux matières et aux combustibles utilisés pour le produire. Au Canada, les usines où l'on fabrique de l'éthanol à partir du maïs et du blé sont alimentées au gaz naturel et produisent des émissions de gaz à effet de serre. L'avantage environnemental net (sur un cycle de vie complet) associé à l'utilisation de l’E85 est donc moins grand. Par contre, cette production d'émissions est compensée par le fait que les végétaux absorbent du carbone au cours de leur croissance. Aux États-Unis, un grand nombre d'usines de production d'éthanol sont alimentées au charbon ou à d'autres combustibles fossiles, ce qui réduit l'avantage global de l'éthanol comparativement à l'essence.
Les émissions de gaz à effet de serre produites par le carburant E-10 fabriqué à partir du maïs sont réduites d'environ 3 à 4 p. 100 comparativement à celles de l'essence, mais le coût et l'indice d'octane de ce carburant correspondent à ceux de l'essence. Les émissions produites par le carburant E-10 fabriqué à partir de matières cellulosiques ligneuses ou agricoles sont inférieures de 6 à 8 p. 100 à celles qui proviennent de l'essence, et les émissions produites par le carburant E-85 fabriqué à partir de la cellulose y sont inférieures de 75 p. 100. Une société canadienne utilise une technologie enzymatique pour convertir la biomasse cellulosique en éthanol dans son usine de démonstration située à Ottawa (Ontario).
Même si l'éthanol est produit à base de maïs, son utilisation pour l’automobile aura immanquablement des effets positifs sur la réduction de la production de gaz à effet de serre et il est à parier que l’amélioration des processus de fabrication de l’éthanol ne fera qu’améliorer encore cela.

Synthèse reprise, corrigée et épurée à partir de :
http://forum.pacte-ecologique-2007.org/ ... ?pid=11231

LES PROBLEMES RECENSES

J’ai parcourus pendant des mois les forums américains et français, à ce jour je n’ai trouvé aucun véhicule ayant eu des problèmes de détérioration du à l’éthanol sur les véhicules d’après 1988.
Sur les véhicule d’avant 1988 je n’ai trouvé trace que d’une vieille BX dont le flotteur du réservoir n’aurait pas supporter l’éthanol.

LES KITS

Voici une liste de vendeurs et installateurs
Les prix sont tous au environ de 600 Euros.

Renseignez-vous pour l'installation, certain peuvent même venir chez vous pour une installation à 60 Euros
Prix variant selon installateur et votre localisation.

Ce sont des professionnels enregistrés au registre du commerce.
L'opération est légale, et ne nécessite pas de nouvelle homologation du véhicule.

Le Kit 4 cylindre Hors installation

http://www.borel.fr
Kit Automatique FullFlex (580 Euros)
http://www.echomeca.com
Kit Automatique FullFlex (565 Euros)
http://flex-e85.net
Kit Automatique ABCesso (598 Euros)
Kit Manuel FlexTek (420 Euros)
http://www.fullflex.fr
Kit Automatique FullFlex (580 Euros)
http://www.seeflex.fr
Kit Automatique FullFlex (598 Euros)

Le Kit ABCesso se calibre tout seul, et s'ajuste au plus juste grace a son branchement sur la sonde Lambda, fonctionne de 0 à 100 % d'ethanol

Le Kit FullFlex doit être calibré, ensuite il s'adapte au mélange de 0 à 100% d'ethanol

Le Kit FlexTek est manuel on sélectionne <50 ou >50% d'Ethanol, c'est votre injection électronique qui fait les réglages intermédiaires.
Il est moins précis, et peu consommer plus qu'un kit automatique.

MON EXPERIENCE PERSONNELLE

Je roule au E40 (~50% E85/ ~50% SP95) depuis Janvier, ma voiture est de 2001, l’injection électronique gère très bien, pas de cliquetis, pas de perte de puissance sensible et une surconsommation de l’ordre de 7%.
J’utilise un additif « traitement essence » classique par précaution
(entretient, anticorrosif et dissipateur d’eau)

Je suis au E40 depuis Janvier, donc quasiment 6 mois que je roule à ~50% E85, je viens de changer ma courroie de distrib, l'occasion de dire a mon garagiste de vérifier durites, bougies et éléments habituels.
Verdict : aucune usure particulière.

Dernière modification par Nikolian (27-06-2007 15:29:25)
Salut

J'ai attentivement lu ton article et je dois dire qu'il est très clair et très crédible. Je t'en félicite même si tout n'est pas de toi.

En tout cas, j'espère qe je ne regretterai pas de t'avoir fait confiance ...

J'ai testé il y a quelque jour un mélange 1/3 de E85 2/3 de SP95. La voiture a parfaitement réagi - ce qui m'a soulagé. Le bruit est normal, la consommation et la puissance quasiment semblables. Il m'a juste semblé que lors du démarrage à froid le lendemain le ralenti était un peu rapide et avait la bougeotte, mais peut-être était-ce dû à mon anxiété. Sinon j'ai l'impression que le ralenti à chaud est légèrement plus rapide.

Aujourd'hui, j'ai testé un mélange 50/50. La voiture a l'air de l'apprécier. J'ai bien écouté mon moteur (que je connas très bien) et son son me parait un peu différent. Toutefois, pas de voyant inhabituel, ni de bruit inquiétant.

Je précise pour ceux que ça intéresse que ma voiture est une 106 essence de 1998 donc à injection électronique qui marque 140 000 km au compteur, qui vient de passer le contrôle technique avec les félicitations du gars qui l'a fait passer. Je verrais bien après mes essais l'état dans lequel se retrouvera ma voiture ...

A part ça, le pompiste de tout à l'heure m'a dit que ce n'était pas une bonne idée d'économiser quelques sous maintenant si c'est pour payer des réparations après. Il m'a raconté que dans cette station (Total quai d'Issy à Paris) ils avaient dû changer la durite de la pompe SP95 quand ils y avaient mis le E85, donc il m'a fait le coup classique de "l'éthanol est trs corrosif". Comme dans la foulée il a voulu me faire peur en racontant que l'été le pourcentage d'éthanol est réduit à 60% (au lieu de 85) alors que c'est l'hiver qu'on le réduit (pour les difficultés d'allumage froid), je me dis qu'il parle sûrement sans rien y connaitre.
En plus, si le pourcentage servi aujourd'hui n'était que de 60%, donc 30% après mélange au SP95, alors j'ai moins à craindre. En fait je me dis que tout ça n'était pas très clair dans sa tête. L'autre pompiste qui était là n'avait pas d'opinion d'ailleurs.

J'espère que mes durites et autres, supporteront le E40 qui permet quand même d'économiser 10 € sur un plein de 40 L.
Je suis étonné d'être le premier à poster une réponse ici. Y a personne ?
JCH

Avatar de l’utilisateur
JLB 30
note: 1/10
Messages : 70
Inscription : lun. 27 août 2007 07:36
Localisation : Gard

Message par JLB 30 » dim. 14 oct. 2007 09:24

Il dit, J’utilise un additif « traitement essence » classique par précaution
(entretient, anti corrosif et dissipateur d’eau)

Il ne dit pas combien de fois il l'utilise l'additif par plein (trop souvent pas d'économie)

Cela reste très intéressant.
CHRYSLER VOYAGER 3.3L V6 2003
PONTIAC TRANSPORT 3.8L V6 1993

Lord Schreiou
note: 0/10
Messages : 9
Inscription : lun. 7 avr. 2008 13:09
Localisation : Chez les bouffeurs de crêpes

Message par Lord Schreiou » mer. 23 avr. 2008 11:53

J'ai quand même une question.

Si j'ai bien compris, pour faire adapter une voiture à l'éthanlo il suffit de lui installer le kit flexfuel... Qui va gérer l'injection de carburant.

Or, au debut du message, il est indiqué que les matériaux des véhicules flexfuel ne sont pas les mêmes : pas de magnésium, lièges, pompe adaptée, éléments traités contre l'usure, etc. En effet, l'éthanol est plus corosif.

Donc, un circuit d'injection classique supporterait-il 100% d'éthanol avec simplment un kit de monté ?

CEYAL
note: 10/10
Messages : 1416
Inscription : ven. 9 nov. 2007 07:50
Localisation : BZH
Contact :

Message par CEYAL » mer. 23 avr. 2008 12:01

Non cela n'a rien à voir

Les matériaux de ta voiture sont comme ils sont ... et certains (surtout si avant 1990 en gros) peuvent être corrodés fortement par l'Ethanol. Sur les véhicules récents les risques sont bien moindres car ces matériaux ne sont plus utilisés (joints en liège, réservoir de carburant en tole, etc...)

Ceci dit pour que la combustion de l'Ethanol se passe bien, il faut injecter en gros 30% de carburant en plus par rapport au SP95.
Donc il faut par un moyen ou un autre réussir à augmenter le volume de carburant admis de l'ordre de 30%. C'est ce que fait un kit flex mais on peut faire sans
Rouler E85 sans boitier
http://www.super-ethanol.fr/forumE85/vi ... .php?t=335
Comemnt marche un kit
http://www.super-ethanol.fr/forumE85/vi ... =4642#4642
Bye

xav78
note: 1/10
Messages : 33
Inscription : ven. 14 sept. 2007 07:04

Message par xav78 » mer. 23 avr. 2008 18:26

Bonjour
Les joints en liège il doit pas en avoir bcp

Sur ma MG B de 1967 il y en a un sur la boite de vitesse mais pas sur le circuit carburant !
Xav

Lord Schreiou
note: 0/10
Messages : 9
Inscription : lun. 7 avr. 2008 13:09
Localisation : Chez les bouffeurs de crêpes

Message par Lord Schreiou » jeu. 24 avr. 2008 12:36

OK ça répond à peu près à ma question. Donc en gros faut voir au cas par cas : seul un spécialiste ou connaisseur pourra me dire avec certitude si le circuit de ma caisse (A4 1.8t de 2000) supporte sans souci le E85...

caco47
note: 1/10
Messages : 53
Inscription : ven. 28 mars 2008 10:19
Localisation : granville (50)

Message par caco47 » jeu. 24 avr. 2008 17:04

Si tu veux parler du circuit Ess, pas de problèmes si
tes durites sont en bonnes état ( comme pour l'Ess ).

Répondre