rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Bientôt rouler avec ? 100%? Adapter un système ?
Répondre
globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Message par globule » mer. 4 févr. 2015 18:47

Bonjour

si l'on considère :
la capacité calorifique de l'air de 1j/g.K
une stœchiométrie de 14,6 g d'air pour 1 g de SP et de 9,8 g d'air pour 1g d'E85
et des chaleurs latentes de vaporisation de 859 j/g pour l'E85 et de 289j/g pour l'essence .
Si on fait abstraction de la capacité calorifique du carburant (qui complique le calcul sans changer fondamentalement la donne),
vaporiser 1 g d'essence coute l’équivalent de 20 degrés d'air la ou l'E85 coute 87 degrés d'air. Donc le refroidissement de l'air d'alimentation entre le SP et l E85 est de 1 à 4.
Cette vaporisation permet au moteur de gagner environ 4% de puissance .

Les 4% de puissances je m'en fiche et je me demande si vous avez déjà vu quelqu'un adapter un système vieux comme le monde : réchauffer l'air ( en hivers ) par prélèvement directement au dessus de l'échappement .

L'idée est d'avoir une prise chaude qui va légèrement minimiser le puissance , légèrement favoriser le cliquetis ( mais on s'en fiche un peu vu que l'E85 a de bons RON et MON ), mais qui évitera de rincer les cylindre à l'alcool a froid , et d’éliminer ce que nombres décrivent comme des hoquets du moteur durant les premiers km. Bosch a relancé sur le flexstart un réchauffage du carburant par de bonne vieilles bougies de préchauffage (avec attente), qui rappellerons aux plus vieux d'entre nous le réchauffage des cuves de carbu par une languette d'acier reliée a l’échappement ou au moteur. Je me pose donc la question de relancer la prise d'air chaud pour alimenter le moteur

Pour ceux qui sont moins jeune que moi (!), ma première voiture( hier!), un golf 1 1100 (d'un merveilleux rouge ...) avait a l'année le filtre a air connecté en direct , via une tubulure souple, sur une pièce de forme adaptée , identique au profil de l’échappement, et positionné 1 cm au dessus de celui ci. L'avantage c'est que le chauffage de l’échappement est quasi instantané au démarrage et surtout gratuit (même si cela ne résout pas le démarrage a froid!). je n'ai jamais eut avec elle de soucis de démarrage à froid et je pouvais rapidement couper le starter

Avez vous déjà vu un éthanolisé tenter ce type de montage, quitte à mi saison a devoir changer la position .

voila a quoi cela ressemble

http://www.golfoo.net/forum/viewtopic. ... daa687590

Chez Peugeot ils appelaient cela un fourreau d'air chaud; les TU en ont eut parfois
Merci

Fabrice

s1racing
note: 0/10
Messages : 17
Inscription : lun. 15 sept. 2014 19:20

Re: rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Message par s1racing » mer. 4 févr. 2015 20:09

Ma foi,je ne sais pas trop quoi te répondre mais je vais suivre ce sujet avec attention.

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Message par globule » jeu. 5 févr. 2015 00:23

Salut

c'est surement mal expliqué. Je vais tenter de faire mieux.

la pression de saturation est la place offerte par un gaz a un autre gaz, ou liquide vaporisé .
L'eau a ,à basse température, une pression de saturation dans l'air très basse, cette pression de saturation étant le 100% hygrométrie à la température donnée. Si dans cet air froid (5°C)tu pulvérises finement de l'eau, celle ci restera sous forme liquide et tombera au sol.

En chauffant l'air, tu augmentes la pression de saturation de l'eau dans l'air à cette température ( le 100% d’hygrométrie correspondra à plus de masse d'eau ). Si tu pulvérisés de l'eau dans les mêmes conditions mais a 50°C, il en tombera beaucoup moins au sol.

C'est ce principe qui permet de sécher le linge, linge qui sèche d 'autant mieux qu'il fait chaud (pression de saturation de l'eau élevé, la place offerte est grande) que l'air est sec ( pression réelle de l'eau dans l'air faible, la place occupée est faible) et qu'il y a du vent ( pour remplacer l'air humidifié par du sec, des qu'un peu de place est occupé, il est replace par de la place vide). Et ton linge séchera d 'autant plus vite qu'il est lui même chaud que si il est gelé (parce que se vaporiser demande non seulement de la place, mais aussi de l’énergie) .

Pour que l’éthanol se vaporise mieux, c'est pareil . Soit tu amènes de l’éthanol chaud ( ce que fait Bosch au démarrage avec le flexstart) soit tu amènes de l'air plus chaud (offrant plus de place vide à l’éthanol), ce que je réfléchis a faire (le summum étant de faire les deux).

Pour indication la pression de vapeur saturante de l’éthanol à 4 degrés est de 2000 Pa (1/50 bars) alors qu'a 40°C elle est 18000 Pa(1/5,6 bars) et a 18-20 degrés, de l'ordre de 1/16 bars
Si l'on considère un rapport stœchiométrique de 9,6 et que le E85 est du 100% ethanol, la pression partielle de l’éthanol pour que celui soit totalement vaporisable doit de 1/16 bars ( je te passe les calculs, c'est comme si je te disais que pour sécher complétement ton linge imprégné d’éthanol avec un rapport ethanol/air de 9,6 dans une piece fermée, ton air doit être a 18-20 degrés par ex.). Donc en étant avec un air d'admission a 30 - 40°C ( moins qu'en été sous un capot), non seulement tu es sur d'avoir la capacité de tout vaporiser (oublies l'histoire du 87 degrés, car la culasse chauffe), mais en plus ton excès de température va permettre d’accélérer la vaporisation...

Ai je été plus clair ? je sais que ces histoires de pression partielles sont assez complexes. Mais je peux aussi t'en parler à l'envers : quand un liquide vaporisé a une pression partielle dans l'air supérieur a sa pression de vapeur saturante a cette température , il se condense : le brouillard, ou la buée sur une vitre froide. Un nom a retenir: la loi de Dalton (1802). la dite loi (vraiment simplifiée)nous apprends que chaque composé a une place finie à une température donnée; tu comprendras donc que si un des produits est à 85%, il aura moins de place libre que 85 produits a 1% (le SP95). Se trouve donc aussi ici une des raisons de la mauvaise vaporisation de l'ethanol...

la démonstration est fausse puisque l 'e85 n 'est pas a 100% d'ethanol et que la pression dans l'admission n'est pas de 1 bar...mais elle suffit pour comprendre pourquoi je souhaite chauffer mon air d 'admission.

Je viens de voir que les anciennes mégane a carbu ont aussi un système de réchauffe d 'air a fourreau. Je vais voir ce que racontent ceux qui en ont au E85 sur leur montée en température quand il fait froid.

Fabrice

Fabrice

marianob
note: 3/10
Messages : 302
Inscription : mer. 7 mai 2008 07:04
Localisation : 77500

Re: rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Message par marianob » jeu. 5 févr. 2015 09:16

Sans compliquer autant, tu veux envoyer de l'air plus chaud dans le mélange.
Avec l'éthanol ça ne fera que du bien.
Encore faudra t'il que la tubulure arrive au filtre à air après la sonde de température d'air.
C'est peut-être plus simple de tromper la sonde de température d'air tout simplement avec une résistance.
C5 Tourer 1.8 depuis 2010 à 100% d'E85 avec module auto pour démarrage, Picasso 1.8 de 2008 à 2017, 100% d'E85 avec potard pour démarrage. MP3 400 à 70% d'E85. Jadis j'ai eu une XM 2.0i à 90%

pagemag
note: 3/10
Messages : 336
Inscription : mar. 4 sept. 2012 16:15
Localisation : Région Centre

Re: rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Message par pagemag » jeu. 5 févr. 2015 15:36

Toujours aussi intéressant à lire des trucs comme ça.

Merci les gars.
Pagemag

CEYAL
note: 10/10
Messages : 1408
Inscription : ven. 9 nov. 2007 07:50
Localisation : BZH
Contact :

Re: rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Message par CEYAL » lun. 9 févr. 2015 21:19

Le mieux c'est d'envoyer, au lieu de l'air froid extérieur, l'air chaud de la baie moteur dans l'admission et de faire croire en même temps que l'air est froid à -20°C en truandant la sonde de température d'air avec une résistance.
Comme la masse volumique de l'air augmente de 7% à chaque fois que la température de l'air descend de 20°C, le système d'injection est forcé d'injecter du carburant à proportion de la masse d'air ==> si l'écart entre l'air réel et la température indiqués est de 60°C, le système va de lui même enrichir de 20% environ ... la moitié de ce qu'il faut pour rouler à l'E85

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: rechauffeur d'air à l'ancienne sur l'echappement

Message par globule » jeu. 12 févr. 2015 06:34

Bonjour

Pour l'air de la baie moteur, ta suggestion est intéressante. La prise d'air est en partie haute derrière le phare gauche. Hier, a l’arrêt, par 10 degrés dehors, j'avais 43 degrés a l'admission véhicule a l’arrêt après un roulage relax de 30 minutes. Je n'ai pas vérifiè au roulage

Par contre sur les photos déjà envoyées faite a environ 15 degrés, on voit qu'au roulage a 50km/h l'air d'admission était a 24 degrés , et qu'a l’arrêt suivant il est monté à 31 degrés .

La prise d'air sous le capot génère une température largement plus élevée que l'air ambiant. Le problème reste le même! La température met du temps a monter avec un carburant dont la problématique est dans le démarrage à froid et les premières minute de fonctionnement.

Je vais faire un test et j 'expliquerais pourquoi je veux une action physique sur le moteur plutôt que de truander l’électronique via le capteur de température d 'air.

Fabrice

Répondre