Quelques resumés de lectures

Documents sur le E85
Répondre
globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Quelques resumés de lectures

Message par globule » mar. 10 févr. 2015 22:47

Bonjour

J'essaye de lire des articles sur l'E85 pour avoir des avis autre que les nôtres.
Comme certaines publications sont payantes je vais essayer de vous les résumer sommairement.
Attention tout n'est pas a prendre au pied de la lettre, il s'agit de mon interprétation de la lecture, mais permet d'avoir une vision différente des messages de propagande trop bien ficelés .

Ce soir une publication SAE de 2009 par General Motors Bresil

la dilution d’éthanol dans l’huile au démarrage.
2009-36-0117
ANALYSIS OF OIL SUMP CONTAMINATION WITH ETHANOL IN FLEX FUEL ENGINES AFTER CRANK AND
WARM-UP
CLAUDIO M. ENGLER-PINTO
LEANDRO DE NADAI
ERICO MARTINS

Analyse de la contamination de l huile de carter par l’éthanol sur les moteur flexfuel au démarrage et a la mise en température de fonctionnement

Attention les test sont fait sur un moteur 4 cylindre 1.4 l 2V général motors et majoritairement au l’éthanol pur. Les démarrages se font a 10°C. Les valeurs ne sont qu’indicatives…

La conduite lors de la mise en température cause plus de contamination a l’éthanol pur que le coup de démarreur (2,1g). Une mise en chauffe au ralenti (14 g) , à faible accélération (24g), à allure modérée (40g), ou de manière agressive (71g) est la phase la plus contaminante. Cela peut paraître beaucoup, mais un moteur possède 3l d’huile soit 2,5 kg . Un démarrage avec l’E100 dilue donc l’huile d’un centième durant quelques minutes.

Pour observer l’effet de l’éthanol dans l’huile, cette dernière a été contaminée avec 50 g d’alcool et le moteur mis en route. L’éthanol commence à s’extraire de l’huile à 50 °C de température moteur et la vitesse d’élimination atteint son apogée à 78°C, soit la température d’ébullition de l’éthanol (max ici de 0,2 g/s). Après 12 min de fonctionnement, l’huile stable à 90°C, les 50 g d’éthanol ont été évacué par le blow by (reniflard) vers l'admission, sans qu’il soit précisé le fonctionnement du moteur. L’éthanol, par son point d’ébullition inférieur à la température de fonctionnement de l’huile offre donc un avantage indéniable sur l’essence (50% distillé à 100 °C et fin de distillation a 180°C): être capable de s’extraire de l’huile dés que le moteur est chaud.

Suivit de la contamination et du lambda : Typiquement tant que le moteur est sous les 78 °C et que le cata est froid, on contamine l’huile a l’éthanol, et ce d’autant plus que la conduite est agressive. Des que la sonde lambda commence a travailler, grâce à la température en augmentation, et que le moteur est en boucle fermé, la contamination diminue fortement ( ce qui se comprend puisque le dosage n’est plus excessif, sauf si on conduit fort et que le moteur est en boucle ouverte). Des que la lambda bosse et que le moteur est au dessus de 50 degrés, la décontamination de l’huile commence …

Pas de résultat sur le E85 si ce n’est que l’auteur dit que les 15% de carburant pétrolier génère 1/3 de contamination de l’huile a l’éthanol en moins au démarrage à 10 degrés. L’auteur met cela sur le compte de la proportion d’essence qui apporte très vite une combustion stable.

note du rédacteur:
Voila . On comprend donc mieux désormais pourquoi l'E85 est a la source de casse de cardan ou d'embrayage plutôt que de moteur! l’éthanol maintient l'huile propre ! Personnellement je me laisserais bien aller a des espacement de vidange allongé !

Demain (si je peux), l'encrassement des nez d 'injecteur d'injection indirecte , par l’éthanol.

Fabrice

pagemag
note: 3/10
Messages : 336
Inscription : mar. 4 sept. 2012 16:15
Localisation : Région Centre

Re: Quelques resumés de lectures

Message par pagemag » mer. 11 févr. 2015 13:52

globule a écrit :Bonjour

Demain (si je peux), l'encrassement des nez d 'injecteur d'injection indirecte , par l’éthanol.

Fabrice
Salut,

sympa, et rassurant l'article. Sinon, l'encrassement des nez d'injecteurs, c'est de l'humour ?

A bientôt. Rapidement ça serait bien, c'est trop intéressant.

MercI;
Pagemag

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: Quelques resumés de lectures

Message par globule » mer. 11 févr. 2015 20:01

Salut

J'ai omis de préciser : un petit moteur essence au ralenti consomme 0,1 g/s. On comprendra donc qu'un blow by qui en envoi le double (0,2g/s dans la publication)soit en mesure de légèrement perturber le pilotage de l'injection et le système de dépollution .

Fabrice

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: Quelques resumés de lectures

Message par globule » mer. 11 févr. 2015 20:32

Effects of Gasoline and Ethanol Fuel Corrosion Inhibitors on Powertrain Intake Valve Deposits
SAE 2013-01-0893

Elana Chapman, Jill Cummings and Douglas Conran
General Motors Company

L’éthanol augmente les dépôts sur les soupapes d’admission vis à vis de l'essence .

Le problème ne vient pas intrinsèquement de l’éthanol , mais de son aptitude corrosive. Pour éviter cette action problématique tout le long de la chaine logistique, on emploi des inhibiteurs de corrosion. Ce sont eux qui génèrent ce dépôt : des dimères d'acide gras ( les plus problématiques, un produit assez analogue a ce que l'on peut trouver dans des vieilles formulation d huile) et des amines a chaine carbonées.
L’éthanol est plus sensible que l'essence a ce phénomène car l'essence a plus d'affinité avec ces produits et tend a les lessiver ( explication simpliste mais acceptable)

il fallait déjà dire cela avant de passer a la publi BASF ( qui est un producteur d'additif ... donc a prendre avec des pincettes )

Fabrice

s1racing
note: 0/10
Messages : 17
Inscription : lun. 15 sept. 2014 19:20

Re: Quelques resumés de lectures

Message par s1racing » jeu. 12 févr. 2015 18:34

Un pote à laisser tremper un morceau de métal dans un bocal plein d'e85,il n'y a aucuns signes de corrosion et ce même aprés plusieurs années...

Avatar de l’utilisateur
benoit
Admin
Messages : 1014
Inscription : mar. 18 déc. 2007 18:41
Contact :

Re: Quelques resumés de lectures

Message par benoit » ven. 13 févr. 2015 09:58

Mince !! Alors toutes ces rumeurs sont fausses ??!! :plus-un:
Merci en tout cas s1racing pour le résultat de ce test !
Le Webmaster Super5 1.2L gtr: 155 000km à carbu. 100% E85 sans aucune modif

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: Quelques resumés de lectures

Message par globule » dim. 15 févr. 2015 00:04

Bonjour
Tu parles d'une seule corrosion, l'oxydation puisque tu n'as mis qu' un seul métal. Le problème de l’éthanol semble plutôt être de la corrosion galvanique lié a sa propre conductivité électrique ainsi qu'a son sous produit, l'acide acétique (le vinaigre). Corrosion galvanique = 2 métaux puisque c'est le principe de la pile de Volta: 2 métaux avec du jus de citron (acide citrique).

Fabrice

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: Quelques resumés de lectures

Message par globule » mer. 18 févr. 2015 19:37

Bonjour
LA bible de l’injection ( directe et indirecte d’éthanol) et du cliquetis : une Thèse de 2011 du célèbre Institut de Technologie du Massachussetts, plus connu sous son acronyme : MIT

http://dspace.mit.edu/bitstream/handle/ ... sequence=1

au besoin chercher avec les mots clef :
emmanuel p kasseris knock limits ethanol

Je suis désolé , mais c’est en anglais et bien trop long a traduire

Techniquement, l’étude a pris le moteur Ecotec GM Opel 2l turbo à injection directe de 260 ch. ils l’ont mis au banc moteur et modifié pour avoir à la fois dessus une injection directe et l’injection indirecte ( fonctionnement sur un des 2, pas sur les 2 en même temps). Ils ont réalisé plusieurs compositions de carburant éthanol (E0,E10,E20,E50,E85,E100). Et ils ont cherché a définir les zones de cliquetis de chaque couple Injection/carburant a 2000 tr/ min a plein charge moteur (zone typique de cliquetis, donc de besoin d’indice d’octane). Afin de réussir a faire cliqueter certain dosages d’éthanol (le moteur étant par défaut avec un taux de compression bas de 9,2 et une suralimentation de 1,35b) ils ont du monter la température de l’air d’admission au point que le papillon d’air a déclaré forfait au-delà de 120 degrés, soit bien avant que l E85 ne cliquète…

Grosso modo avec des réglages d’essence , le moteur en question au E85 est parfaitement à l’abri du cliquetis aussi bien en injection directe qu’en injection indirecte, même avec un échangeur défaillant en plein désert, alors que l’on voit que le moteur est a la limite de cliqueter a température ambiante avec l’E0 (l’essence). L’injection directe permet de profiter dans la chambre de combustion de toute l’avantage de l’énergie de vaporisation élevée de l’éthanol, (2,5 fois l’essence) et n’encombre pas l’air d’admission. Bilan le rendement thermodynamique (et donc la baisse de consommation d’énergie (pas de carburant puisque l’éthanol est moins énergétique) a iso service, entendons nous bien, le moteur est a pleine charge a 2000 tr/ min) passe de 33 à 35% avec l’injection directe essence (6% en besoin d’énergie donc de consommation a même carburant) de rendement thermodynamique et l’éthanol apporte en plus 1% (3% en besoin d’énergie pour un E85 vis-à-vis de l’essence)
L’éthanol que fait pas que refroidir le mélange dans la chambre de combustion, il refroidit aussi l’injecteur d’injection directe .

A retenir : l’évaporation du carburant sur les moteurs apporte une absorption thermique analogue a une augmentation de l’indice d’octane. Sur un carburant conventionnel de type 97 d’octane, ce refroidissement sur une injection directe essence apporte un octane équivalent a 103 ( sur ce moteur). On comprend des lors mieux que le GPL, avec un indice d’octane de 105 , mais sans vaporisation, fonctionne facilement sur les moteurs essence, y compris les injection directes (moyennant un débit de fuite des injecteur pour ne pas les boucher). Avec du E85, le pouvoir de refroidissement est multiplié par 2,5 avec un carburant tout en étant un produit plus élevé en octane. Bilan l’indice d’octane équivalent, incluant l’énergie de vaporisation, passe à l’équivalent de 135 !

La surprise pour moi se situe sur le dessin 5-19. Le document nous apprend que le mélange éthanol carburant n’est pas linéaire dans le gain en octane. 10% d’éthanol en volume dans un super de RON 84 (médiocre en octane) et hop, le voila déjà à 92 (si la relation était linéaire il devrait être à 86,5). Ou comment booster le RON sans dépenser des sommes folles en installation et dans un hydrogène rare en raffinerie. Le corolaire est que SP95E10 coute donc beaucoup moins cher à produire que le SP95, puisqu’il a besoin a la base d’un carburant d’environ 83 … Nombre d’utilisateur sur le web pensent que l’éthanol est une plaie pour les raffineurs, alors qu’il semble plutôt être une aubaine, une variable d’ajustement magique …

Fabrice

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: Quelques resumés de lectures

Message par globule » jeu. 26 févr. 2015 20:08

Bonsoir

Après des lectures qui ne méritent pas toutes d’être commentées, j'ai un avis assez personnel sur l'utilisation de l'E85 et des injection directes turbocompressées, moteurs présentés comme notre avenir. Le gros problème de l'E85 c’est que le carburant est tellement fantastique que pour en tirer toute la quintessence sur un moteur essence, il faudrait augmenter le taux de compression et que les turbo envoient un peu plus la sauce. Le problème est que les moteurs essence actuels se limitent par sécurité à environ 950 degrés pour des raisons métallurgiques. métallurgie de la culasse (adieu l'aluminium, retour a la fonte), metalurgie des soupapes (dont les queues sont de plus devenues très fines), métallurgie de l’échappement et de la coque de turbine (adieu la fonte Ni-resist, bonjour l'inox ), et surtout de la roue de turbine ( aie aie aie les alliages en aluminure de titane couteux difficiles a usiner). Sans compter que la violence autour du haut moteur se répercutera en bas, sur les bielles,le vilebrequin et a travers les pointes cycliques de couple, dans la boite de vitesse.

Le E100 bresilien avec 5% d'eau est une véritable aubaine puisque nous devons nous souvenir que l'injection d'eau a souvent été utilisée en compétition pour la tenue mécanique a très haute puissance ...

Si un vrai moteur E85, et non un minable dérivé flex, venait à arriver, pour des raisons métallurgiques, il serait atmosphériques ...

Ceci n'est qu'un avis personnel ...

Fabrice

pagemag
note: 3/10
Messages : 336
Inscription : mar. 4 sept. 2012 16:15
Localisation : Région Centre

Re: Quelques resumés de lectures

Message par pagemag » ven. 27 févr. 2015 10:19

Salut,

je ne sais pas si ça mérite d'être commenté, mais en tout cas ça mérite d'être lu.

Merci. :wink:
Pagemag

globule
note: 1/10
Messages : 42
Inscription : jeu. 22 janv. 2015 18:33

Re: Quelques resumés de lectures

Message par globule » ven. 27 févr. 2015 18:53

Merci

Quand tu connais toute la problématique des raffineries autour de la disponibilité et la consommation d’hydrogène (on met de l’hydrogène pour transformer des produits a octane moyen en produit a bon octane mais aussi pour éliminer les polluants) . Quand tu penses à l’énergie a dépenser pour obtenir de l'octane ( hydrogénation mais aussi reformage, un procédé qui change la forme des molécules pour donner de l'octane)avec des composés que tu ne peux pas passer dans le gasoil. Quand tu vois comment il faut jongler avec les normes (benzène, toluène, xylène ...). Et je te passe sur le besoin de surproduire du gasoil pour le marché.... Tu te dis que l’éthanol est du pain béni . Il a tout pour le moteur a injection directe: facile a produire, un haut taux d'octane, un énergie de vaporisation énorme, et même une vitesse de flamme rapide, le tout sans être d 'une toxicité hors du commun... Avec tout cela pour lui , le désavantage de densité énergétique passe en second plan ...

L’éthanol c'est du GPL agricole en beaucoup mieux : on a pas a se faire c... avec un produit sous pression ni avec des installations pas toujours au point. L’éthanol c'est la pierre philosophale du SP. Tu prends un SP mauvais , tu mets de l’éthanol et pof... ta piquette de carburant devient la rolls du SP95E10!

Et avec un gros taux de compression et une injection directe sur un atmo, on aurait même plus de problèmes de démarrage a froid (comme les diesels n'en ont plus depuis les dernières générations de common rail)

Bon j'arrêtes de m'embraser comme un réchaud .... à alcool !

Fabrice

pagemag
note: 3/10
Messages : 336
Inscription : mar. 4 sept. 2012 16:15
Localisation : Région Centre

Re: Quelques resumés de lectures

Message par pagemag » sam. 28 févr. 2015 20:47

:D :D :D :D :D :D
Pagemag

Eirroti
note: 0/10
Messages : 2
Inscription : lun. 5 oct. 2015 09:54

Re: Quelques resumés de lectures

Message par Eirroti » lun. 5 oct. 2015 10:01

qui veux bien être mon amie ? Je suis nouvelle !!!http://www.coquegsm.com/category-access ... z4-16.html

Répondre